La construction du centre scolaire en bois accueillant près de mille élèves a été achevée dans les environs de Paris dans la ville de Limeil-Brévannes. Cet établissement scolaire d’une superficie de 9500 mètres carrés abrite trois garderies-maternelles et deux écoles primaires. Ce centre scolaire en bois le plus grand de France a été conçu en tant que premier projet mené en commun par l’architecte Véronique Klimine et l’architecte finlandais Olavi Koponen qui travaille actuellement à Grenoble. Selon O. Koponen, la construction en bois du centre scolaire était une exigence venant de la part de la direction de la ville. La construction en bois de bâtiments publics est en croissance en France, ce qui est lié au discours sur la gestion du changement climatique, l’éco-efficacité de la construction et les émissions polluantes du secteur de la construction. Selon le constructeur, la compétitivité de la construction en bois est basée sur le temps de montage plus court sur le site par rapport à la construction traditionnelle. Le repère du centre scolaire est la haute tour triangulaire où figure l’oeuvre de l’artiste finlandais Lauri Ahlgren : la Sirène et la Pieuvre.
Hermann Kaufmann, architecte autrichien, connu pour ses constructions en bois modernes, dit que les Finlandais se sont éloignés de la tradition de la construction en bois. « La situation actuelle en Finlande correspond à celle de l’Autriche il y a une vingtaine d’années. À présent, il faut promouvoir la révolution dans la construction et poursuivre la forte tradition de la construction en bois, aussi en Finlande. En Autriche, nous avons réussi à faire ce changement, car nous n’avons pas perdu le contact avec notre solide savoir-faire en menuiserie », rappelle H. Kaufmann. " Étant donné que la construction en bois a de l’avenir, il vaut la peine de miser les ressources sur la qualité de la construction et sur la formation, et aussi convaincre le secteur public que la promotion de la construction en bois est justifiée, aussi bien sur les plans économiques qu’écologique. » Selon H. Kaufmann, la construction du futur devra utiliser davantage de matériaux de construction durables à faible émission. « L’industrie du béton craint ce changement, et les industriels du secteur attendent que la construction en bois commette des erreurs. S’ils étaient plus raisonnables et judicieux, ils travailleraient en coopération avec le secteur de la construction bois. »
La transformation des produits bois et l'augmentation des exportations pourraient générer des milliers d'emplois et l'impact sur la balance courante de la Finlande pourrait s'élever à 200-300 millions d'euros. Le rapport intermédiaire du Programme stratégique du secteur forestier (MSO), placé sous la responsabilité du ministère de l'Emploi et de l'Économie, présente des évaluations sur les impacts de la construction en bois sur la société et sur la situation de l'emploi. " L'impact majeur sur la société et sur l'emploi naîtra au gré de la croissance des exportations des produits menuiserie de construction ", commente Sixten Sunabacka, directeur stratégique du Programme MSO. " La réalisation d’augmentation des exportations de 500 millions d'euros conforme au programme stratégique du secteur forestier générerait des milliers de nouveaux emplois et la consolidation du résultat global de l'économie nationale pour un montant d'environ un milliard d'euros. Les revenus fiscaux augmenteraient de 70 millions d'euros et les revenus de marge brute de 60 millions d'euros."
Les travaux de rénovation de l'immeuble Innova réalisé à Peltosaari, Riihimäki, en habitat passif avec des éléments de façade à structure en bois préfabriqués. Selon l'avis du Maire de Riihimäki, Seppo Keskiruokanen, le projet Peltosaari est devenu un projet de développement notoire des banlieues, dont les expériences pourront être exploitées aussi pour les travaux et le développement des autres villes. "La rénovation d'immeubles à logements de location en habitat passif selon le système TES (Timberbased Element System) a suscité la participation des organisations de développement de la construction à performance énergétique. Le système TES est nouveau, c'est la raison pour laquelle un grand intérêt lui a été porté chez les professionnels du secteur, aussi bien en Finlande qu'à l´étranger. Le Chef de projet du projet Peltosaari Irene Väkevä-Harjula pense que le développement du système TES permettra d'accroître l'intérêt pour la remise en état des banlieues, et que l'assemblage du système sera adapté pour une large mise en oeuvre de réparations générales des banlieues. " La rénovation de la maison Innova a été lancée en même temps que le concours d'idées de Peltosaari. La publicité obtenue par la maison Innova a, pour sa part, également aidé le concours d'idées qui a donné lieu à 61 bonnes propositions. "
L’utilisation d’éléments de façades préfabriqués en bois dans les projets de rénovation des vieux immeubles en béton s’est avérée être une méthode coût efficace et fonctionnelle du point de vue technique. Selon l’architecte Kimmo Lylykangas, la rénovation de l’immeuble d’habitation de Peltosaari (Riihimäki) en habitat passif avec le système TES (Timber-based Element System = Système à éléments à base de bois) est réussie du point de vue technique et économique. " En résultat, on peut dire que le système TES est une alternative très valable et compétitive pour la construction de réparation. Le dimensionnement des éléments, leur installation et l’intégration de la technique CVC réussissent à merveille. Les plus grands défis étaient liés au maintien du confort de l’habitant pendant les travaux de réparation et au développement des pratiques sur le chantier, qui permettent de réduire nettement la durée des travaux et d’améliorer la performance énergétique. " Le projet de rénovation de Riihimäki permettra de réaliser des économies de chauffage de 75 pour cent, ce qui pourra être confirmé uniquement à l’issue de la première saison de chauffage. De même, la qualité de l’air intérieur a pu être améliorée grâce à la rénovation du système de ventilation, alors que le niveau d’étanchéité du site a été réparé pour correspondre pratiquement au niveau standard d’une maison à énergie passive. Aussi, selon les habitants, l’isolation sonore et l’aspect architectonique du site ont été rénovés. " À présent, nous sommes à la recherche de nouveaux projets de rénovation d’immeubles à réaliser avec le système TES, ainsi que d’un procédé de réparation industrielle pour les constructions basses ", dit le chef de développement produit de la société Paroc Oy, Jukka Sevon. " Dans la conjoncture actuelle, il serait bon que les grandes entreprises de construction soient mieux orientées vers la construction de réparation. Sur la base des expériences obtenues dans le cadre du projet Innova de Riihimäki, le système TES est utilisable pour les projets de rénovation, aussi à une échelle plus vaste. "
La ministre du Logement, Krista Kiuru, estime qu’en Finlande, une grande partie des immeubles construits dans les années 1960 et 1970 qui vieillissent devraient être réparés afin d’améliorer la performance énergétique. " Nous avons accumulé une immense dette de réparations dont nous devons nous acquitter. Nous y perdrions à ne pas réparer ces bâtiments pour y gagner en une meilleure performance énergétique ", dit K. Kiuru. " Les sites pilotes mettent en évidence que la consommation d’énergie des vieux immeubles peut être réduite au moyen de solutions de construction coût-efficaces. " K. Kiuru pense que les investissements requis pour ces réparations énergie seront vite amortis avec des intérêts multipliés au profit des habitants et des propriétaires immobiliers, alors que l’on pourra, dans une perspective de longue haleine, vivre selon des frais nettement moins élevés. K. Kiuru voit dans la construction de réparation davantage d’opportunités de croissance et d’emploi que dans la construction du neuf. " Dans la situation économique actuelle, nous pouvons aussi songer à des mesures de politique conjucturelle permettant d’accélérer ces travaux de réparation. À présent, nous avons besoin de nous spécialiser dans la construction de réparation, de mettre en oeuvre les meilleures pratiques au gré de la formation et des sites pilotes, afin de réparer de la manière le plus coût efficace possible les grandes zones d’immeubles."
Jyri Häkämies, ministre des Affaires économiques, voit la construction en bois comme faisant partie intégrante de l'industrie verte qui connaît une forte croissance au niveau mondial. "Les conditions commerciales pour le concept de la construction de l'avenir où un arbre à faible empreinte carbone peut être combiné à une construction intelligente sachant tirer profit de la performance énergétique et de la numérisation, pourraient être créées, estime J. Häkämies. "La percée de la construction en bois est possible en réalisant de nouveaux sites sur lesquels la production d'éléments, l'intelligence et la performance sont alliées. Étant donné que l'industrie verte constitue un élément essentiel des conditions requises pour l'internationalisation et l'export, il faut y miser les efforts." Selon le programme gouvernemental, l'objectif du programme de la construction en bois est d'obtenir 10% des parts de marché dans la construction des immeubles en bois, ce qui signifie environ 1300 logements dans des immeubles en bois par an. " Le pouvoir étatique considère comme une chose importante que l'industrie forestière offre de nouvelles innovations et nouveaux produits avec lesquels il est possible de combler les pertes d'emploi dans l'industrie papetière."
Dans les années à venir, l'évaluation des impacts environnementaux sera largement introduite dans le secteur du bâtiment. Les nouvelles ordonnances en matière d'énergie concernant les nouveaux bâtiments sont en vigueur depuis début juillet, mais les ordonnances concernant la construction de réparation entreront en vigueur début 2013. Dans les prochaines années à venir, les impacts environnementaux dûs aux matériaux de construction devront être pris en compte dans la construction du futur. Jarek Kurnitski, expert en énergie du Fonds national pour l'Innovation Sitra, estime que ces nouvelles ordonnances contribueront à améliorer la compétitivité de la construction en bois. " La construction en bois s'en tire ici plus facilement, car elle sert d'avaleur en carbone et ne génère pas d’émissions polluantes en tant que matériau de construction " dit J. Kurnitski. Selon lui, il faut à présent diriger davantage d'efforts de développement sur la construction en bois.
Le directeur de l’immobilier de la compagnie d’assurance-vieillesse Etera, Timo Sotavalta, considère la rapidité de la construction en bois comme un des atouts compétitifs majeurs. « La rapidité a un énorme impact sur la totalité de la chaîne des frais de construction : pour l’investisseur, la période de placement du capital est plus courte et le commanditaire des travaux commence à obtenir des revenus de loyers plus tôt », décrit T. Sotavalta. « La construction du quartier de maisons en bois à Viikki-Helsinki, commanditée par Etera, et les procédures de chantier nous ont beaucoup appris ; aussi, à l’avenir, nous pourrons tirer davantage de profit de l’atout que représente l’économie de temps. » Ari Tiukkanen, directeur de la ligne d’activité Produits de Metsä Wood et fournisseur d’éléments en bois du site de construction du quartier en bois de Viikki, est également d’avis que les délais de construction pourront être réduits à l’avenir sur les chantiers : « Nous devons développer la logistique de la construction en coopération avec les investisseurs, les entrepreneurs et les constructeurs. Nous disposons des bons ingrédients pour la percée de la construction en bois, car nous avons un produit compétitif. »
La société Peab Oy construit un quartier de maison en bois à Viikki-Latokartano, Helsinki. Ces constructions en bois à Viikki comprendront un total de 104 appartements de location, répartis dans cinq bâtiments de trois ou quatre étages. Pour le directeur général de Peab Oy, Petri Suuperko, ce site constitue le tour de force Peab et un quartier en bois nouvelle génération. « Nous allons marquer l’histoire de la construction en bois finlandaise à Viikki-Latokartano », dit P. Suuperko.

Pages